Road trip dans les Pouilles : notre itinéraire pour une semaine

by Elodie

Me voici, me voilà.

Ceux qui me connaissent savent quelles sont mes passions dans la vie (mon chat je vous en parlerai une autre fois). La photo, et le voyage. Ayant déjà créé mon site pour y présenter mon travail de photographe, l’idée de l’utiliser pour le voyage me trottait déjà. Après avoir sondé sur les réseaux, le retour était assez positif et finalement, ça y est! A chacun de mes voyages, je vais essayer de venir vous lister mes itinéraires, mes ressentis, et tout ce qui pourrait servir à planifier un voyage au mieux. Et si ça n’intéresse personne, au pire, ça me permettra de rassembler mes souvenirs dans un endroit à moi 😀

Cette intro inutile étant terminée, abordons le cœur du sujet : un road trip d’une semaine dans les Pouilles en Italie.

Avant de me lancer dans le détail de chaque étape, il faut savoir que ce voyage était en réalité composé de 2 parties. Nous avons effectivement passé une semaine dans les Pouilles, et nous avons ensuite rejoint la Côte Amalfitaine pour la semaine restante. Mais cette seconde partie du road trip sera détaillée dans un article à part, pour éviter de vous perdre trop vite (ce serait dommage).

Itinéraire road trip dans les Pouilles

Ce qu’il faut savoir avant votre départ

Comment se rendre et se déplacer dans les Pouilles ?

Venant de Belgique, rien de fou pour se rendre en Italie, nous avons évidemment pris l’avion. Nous sommes partis de l’aéroport de Bruxelles-Charleroi vers Bari-Palese (attention, il y a plusieurs aéroports qui desservent la région des Pouilles, le choix se fera en fonction de la zone que vous souhaitez visiter). Etant donné qu’on a passé le reste du séjour sur la Côte Amalfitaine, nous n’avions pas pris un aller-retour, pour éviter de devoir revenir sur Bari. Mais ça, ça fera partie des anecdotes de la fin de séjour dans l’article dédié… (team poisse).

Qui dit road trip, dit souvent voiture, ou en tout cas votre propre moyen de locomotion à disposition. Louer une voiture est quasi inévitable pour visiter cette région. Il existe peut-être d’autres alternatives mais je ne les ai personnellement pas étudiées car ça me paraît assez difficile de faire autrement. On est passés par l’agence Sicily By Car, car ils étaient moins chers que la concurrence à ce moment-là. Mais honnêtement, c’était l’explosion des prix et une bonne partie de notre budget est passé dans la location de la voiture.

Comme beaucoup, j’ai comparé les prix sur Rental Cars. Cela dépend beaucoup de la période à laquelle vous partez, nous c’était en juin dernier. Je ne recommanderais pas particulièrement cette agence plus qu’une autre, j’ai eu des difficultés à les joindre par téléphone quand j’en ai eu besoin, et nous avions un problème à régler avec eux post séjour qui n’a pas été simple non plus. Mais globalement sur le reste, c’était ok. Par contre j’insiste…attention sur la route!!! La conduite là-bas est assez dangereuse et je pense que leur voiture n’est vraiment pas ce qu’il y a de plus important pour eux.

Où loger dans les Pouilles ?

Nous ne voulions pas changer de logement tous les jours. Etant donné que nous avions une voiture, c’était plus simple pour pouvoir se poser plusieurs nuits et visiter les villes et villages principaux des Pouilles. Comme nous atterrissions à Bari en soirée, nous avons pris un premier airbnb proche de l’aéroport seulement pour une nuit. Nous avons ensuite dormi à Cisternino pendant 4 nuits. Ce qui était assez central pour visiter tous les villages blancs (que je détaillerai plus loin). Finalement, nous sommes descendus vers Lecce et avons dormi 3 nuits là-bas, avant de remonter sur Matera pour la seconde partie du voyage. Je renseignerai les logements dans chaque étape, car je les recommande tous sans hésitation !

Jour 1 : visite rapide de Bari, la capitale des Pouilles et Polignano a mare

Comme je le disais, nous sommes arrivés en soirée à l’aéroport de Bari, la capitale des Pouilles. J’avais donc choisi un logement pour une nuit, afin de pouvoir visiter la ville le lendemain dès le matin. Je ne m’étais pas spécialement attardée sur le choix l’hôtel, étant donné que ça allait être court. Et finalement, le petit B&B que j’ai trouvé était tout à fait correct. On a dormi au B&b Ilary Home qui était situé à moins de 15 minutes en voiture de l’aéroport. J’avais prévenu l’hôte que nous arriverions tard, et nous avions échangé via Whatsapp très facilement. Il m’a même aidée par téléphone pour l’ouverture de la porte, donc je recommande sans problème. Certes les environs n’avaient rien d’attirant mais pour le côté proximité de l’aéroport, c’était parfait.

Etant arrivés plus tard le soir, ça commençait à creuser pas mal… Mais il n’y avait pas grand chose dans les alentours. On a eu l’idée de regarder sur ubereats. Ne me demandez pas pourquoi, on ne le fait jamais comme on n’y est pas du tout habitués dans nos campagnes. On s’est laissés tenter par une pizza, évidemment. 6 euros la pizza, et c’était déjà bien meilleur que chez nous. Ca y est, on était bel et bien en Italie et embarqués dans la Dolce Vita !

Le lendemain matin, direction le centre ville pour commencer à visiter. Notre programme : flâner dans les rues. On s’est arrêtés boire un verre dans le quartier de Bari Vecchia, le centre historique de Bari. Le verre s’est transformé en planche apéro charcuterie et fromage. On se prend une claque tellement tout est bon, pour un prix dérisoire comparé aux planches de chez nous. Evidemment on découvre aussi le Spritz Italie vs Belgique, pas besoin de vous faire un dessin. L’endroit ne payait pas de mine, on était dans une petite ruelle à côté des passants. Mais on a été très bien reçus. C’était au Antico caffe del Carmine.

On a ensuite repris la route vers Polignano a mare. C’est un village blanc situé en haut de falaises calcaires, mais très touristique. On s’est dirigés vers le Ponte Lama Monachile. De là vous avez une très belle vue sur la ville et sur une petite plage en contrebas. Mais malheureusement elle est très souvent bondée. On s’est promenés sans trop se poser mais vous avez de quoi vous arrêter dans les petites boutiques et les restaurants. Le soir l’ambiance a l’air encore plus chaleureuse avec toutes les petites lumières qui commençaient à s’allumer. Concernant les activités, je ne saurais pas trop vous en conseiller ici mais j’ai vu qu’il était possible de faire son baptême de plongée, ou encore des excursions en bateau. Mais vous le comprendrez assez vite, les activités touristiques ne sont pas vraiment notre truc.

On s’est ensuite dirigé vers notre airbnb pour les 4 nuits suivantes à Cisternino. On a dormi chez Pierro, et on a juste adoré l’endroit. Ce petit studio bien typique de la région des Pouilles était situé dans le centre historique. Calme, propre, et un hôte vraiment très accueillant. Rien à redire ici, je vous le conseille. Pour le soir, on a choisi un resto au hasard sur internet qui était situé juste à côté. C’était délicieux, mais le service n’était par contre vraiment pas au rendez-vous. Du coup je n’ai malheureusement pas noté le nom de l’endroit.

Jour 2 : Monopoli et recherche de fraîcheur à la plage (fail)

Le matin on décide de prendre un petit dej sur Cisternino avant de commencer la journée. On a vite pris une habitude de croissant et cappuccino tous les matins en terrasse (cornetti <3). Ensuite direction la prochaine étape de notre road trip : Monopoli. La ville est vraiment belle pour s’y promener, mais je pense que je vais le dire à chaque étape (sorry). Je pense que c’est à ce moment qu’on a commencé à se rendre du charme de la région des Pouilles. Des petites ruelles blanches partout, une ambiance détente bien italienne, vraiment un coup de cœur.

Ici, une belle balade vous attend le long de la ville en front de mer. Vous pouvez aussi rejoindre le port par le centre historique via une grande fenêtre ouverte (pour ceux qui veulent leur photo instagram, ne mentez pas on le fait tous). On s’est arrêtés manger un panzerotti dans la rue, spécialité des Pouilles. C’est un espèce de chausson de pâte à pizza qui sont farcis avec plusieurs choix. Du bon gras! Vous pouvez aussi vous rendre au château Carlo V et à la cathédrale pour prolonger la balade.

Ensuite, on a cherché une petite plage pour se rafraîchir mais c’était…un fail. Les endroits qu’on a trouvés étaient plutôt des petites criques remplies d’algues et aucun coup de vent. Finalement on a juste fait un plouf parce qu’on crevait de chaud pour le dire sincèrement haha.

Le soir, on retente l’expérience de trouver un petit resto proche de notre logement à Cisternino. Et là, coup de foudre. C’était absolument délicieux, et encore une fois peu cher. Mention spéciale pour le Licurti, un vin rouge Primitivo di Manduria, un vrai délice. Le restaurant s’appelait le Mezzofanti.

Jour 3 : Alberobello, le village de trullis & Locorotondo

En planifiant mon voyage, j’avais lu sur beaucoup de blogs que le village d’Alberobello était vraiment suuuper touristique et qu’il fallait y aller tôt pour profiter de la tranquillité. Et bien personne n’a menti, on était sur un full touristes. Ce village, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, est connu pour ses trulli. Ce sont de petites maisons en pierre en forme de cône qui sont les habitations traditionnelles. Honnêtement, on s’est demandé plusieurs fois comment les locaux arrivaient à supporter cette foule. Nous sommes tout de même allés voir le plus grand des trulli et la zone principale de l’autre côté. C’est vrai que le paysage y est vraiment superbe. On s’est arrêtés sur une terrasse pour un verre, mais on n’était pas vraiment les bienvenus car on ne comptait pas manger.

On s’est donc dirigés vers notre prochaine étape : Locorotondo. Semblable aux autres petits villages blancs, il n’y a pas grand chose à y faire à part se promener et se perdre dans les ruelles. On s’est arrêtés manger un bout, une pizza pour lui et une puccia pour moi, une autre spécialité des Pouilles. Il y a plein de petits restaurants du même type dans ces rues. Je n’ai donc pas un endroit en particulier à vous conseiller plus qu’un autre. Souvent pour le midi, on s’arrêtait plutôt pour grignoter.

Le ventre rempli, on a hésité à se rendre aux grottes de Castellana. Mais encore une fois, on s’était renseignés avant et les commentaires disaient pour la plupart que c’était plutôt cher pour voir une grotte. On a les grottes de Han chez nous, ça va. On a fait le choix de ne pas s’y rendre, et de chercher une plage pour un nouveau plouf. J’avais noté une réserve naturelle qui apparaissait aussi sur Google Maps, mais c’était un nouveau fail. Une fois arrivés à l’endroit indiqué, on était au milieu d’un champ desséché. Il y avait une plage un peu plus bas : Monticelli. C’est à une trentaine de minutes de Locorotondo quand on se rapproche d’Ostuni. Assez petit mais sympa et il n’y avait pas beaucoup de monde, mais à voir en juillet et août…

Le soir, nous sommes rentrés dans notre petit studio pour manger avec des courses que nous avions faites le matin. Evidemment plein de produits locaux et une bonne bouteille de vin (on est en Italie quand même hein).

Jour 4 : Ostuni, la cité blanche

Après notre habituel café/croissant, direction Ostuni, le dernier des villages blancs de notre liste. On reste dans du touristique c’est inévitable, mais on arrive sur une belle place avec une rue qui monte vers la cathédrale. Cette petite rue est remplie de boutiques souvenirs mais aussi de touristes. Des locaux nous a d’ailleurs dit qu’au mois d’août les gens se marchaient dessus. On a longé la ville, avec une vue magnifique sur la mer. On s’est posés pour boire un petit Spritz (heure de l’apéro oblige), mais faites attention à l’endroit que vous choisissez. Il y avait un bar super sympa avec des petits fauteuils cosy…et une carte hors de prix. Heureusement qu’on l’a d’abord regardée avant de commander. 50 mètres plus haut vous en aviez pour 3x moins cher pour le même verre.

Ensuite on voulait se rendre à la Riserva di Torre Guaceto, une plage trouvée sur le net à une vingtaine de minutes d’Ostuni. Mais arrivés sur place, 2 personnes nous interdisaient l’entrée et je ne sais pour quelle raison. Nous sommes allés un peu plus loin près d’une caserne militaire pour y accéder autrement. Finalement c’était assez galère, donc on est retournés à celle de la veille pour profiter de la fin de journée dans l’eau. Nous sommes rentrés pour notre dernière nuit dans notre petit airbnb et avons terminé tous les produits locaux que nous avions achetés la veille. C’est ça que nous aimons aussi dans le fait de ne pas toujours dormir à l’hôtel, ça nous permet de limiter les dépenses dans les restaurants et de pouvoir cuisiner avec différents produits.

Jour 5 : Lecce dans le Salento

Nous sommes arrivés fin de matinée dans notre airbnb pour 3 nuits cette fois. Il était un peu en retrait de la ville mais accessible tout de même si vous n’avez pas de voiture et que vous aimez marcher. On a dormi chez Sergio à Castromediano, l’endroit était très propre et spacieux avec une petite terrasse sur un balcon. Il ne faut rien espérer sur la vue ici mais on avait rien à redire sur le logement et sur l’hôte qui a été d’une grande gentillesse.

Nous nous sommes ensuite rendus dans le centre historique de Lecce. Dans chaque ville de la région des Pouilles, vous avez un centre historique et nous commencions souvent par ce point, pour ensuite se balader dans tous les alentours. J’ai trouvé que la ville de Lecce avait une atmosphère différente des villages blancs, mais tout aussi charmante et agréable. Vous passerez inévitablement par la Piazza del Duomo, une grande place avec une architecture impressionnante. Vous vous retrouverez vraiment dans un musée en plein air ! Si vous aimez les visites vous aurez de quoi faire : basiliques, amphithéâtre et musées.

C’était très calme quand nous sommes arrivés en après-midi, car les italiens ont un rythme différent du nôtre. Ils commencent leur journée très tôt le matin, et font la sieste durant l’après midi, pour ensuite recommencer en fin de journée. Si vous cherchez donc la tranquillité, ce sera plutôt l’après-midi. Mais beaucoup de magasins et de restaurants sont par conséquent fermés à ce moment. Il était quand même assez tôt pour qu’on s’arrêter grignoter un morceau. On a pris une planche de poissons à La Puccia di BETTY 2, vraiment très bon. La ville est magnifique en soirée, illuminée de partout. On a trouvé un resto bien référencé pour manger le soir, mais il était en dehors du centre. C’était le long d’une route donc forcément moins sexy, et surtout moins touristique. Mais on y a mangé de délicieux produits locaux et du poisson à tomber! C’était l’Osteria 203.

Jour 6 : le petit village d’Otranto

Nous sommes arrivés à Otranto le matin (à 40 minutes de Lecce). Après le petit dej, on s’est baladé dans le village qui était assez petit mais vraiment magnifique. Pour nous, c’était un vrai coup de cœur. Il y a le port à côté avec une eau translucide, on a d’ailleurs été s’y baigner car c’était possible près du port, une sorte de mini plage très calme. Vous aurez vite fait le tour mais on en a profité pour prendre le temps, s’arrêter en terrasse avec vue sur la mer, et se perdre dans les rues.

Ensuite nous sommes allés vers la Baia dei Turchi, une plage au nord d’Otranto. J’avais encore lu plusieurs choses différentes, qu’il fallait beaucoup marcher, qu’on ne savait pas y accéder à pieds,… Finalement, lorsqu’on arrive en ayant suivi le GPS, une personne est à l’entrée pour nous faire payer un parking et une navette (5 euros). Un conseil, même si vous avez peur de vous faire avoir et que vous voulez vous rebeller : prenez-là ! C’est un bout de chemin pour y arriver, vraiment. Même lorsque la navette vous décharge, il faut encore marcher un peu et ça nous a vraiment permis d’économiser du temps, surtout sous la chaleur. Forcément cette baie est vite assaillie car connue, mais on a facilement pu se trouver un coin calme avec une eau encore une fois translucide!

Après cette escapade, on avait envie de retourner dans le centre historique de Lecce pour la soirée et pour y manger. On s’est arrêté dans un endroit sans trop savoir, et on s’est tellement régalés qu’on y est retournés le lendemain. Honnêtement, on s’est bien fait plaisir entre les apéros, entrées, plats, vin et café. On s’en est sortis dans les 70 euros je pense, ce qui aurait certainement valu le double voire le triple chez nous.

Jour 7 : encore un peu de Lecce & Otranto

Ce matin on file vers la Grotta della Poesia, un bassin naturel entouré de falaises entre Lecce et Otranto. On a d’abord fait le tour des falaises avoisinantes à pied, pour ensuite arriver au point payant qui donne accès à cette piscine naturelle. Il y avait pas mal de monde et on ne comptait pas se poser dans l’immédiat donc nous avons passé. Et nous avons bien fait, car j’ai vu plus tard que des personnes avaient voulu s’y rendre, avaient payé l’entrée pour se retrouver avec baignade interdite. Donc renseignez-vous bien avant également. Les vues partout autour sont cependant vraiment superbes, on s’arrêtait partout juste pour contempler le paysage.

Ensuite nous nous sommes dirigés vers Torre Sant’Andrea, vrai paradis naturel. Et là, place à une multitude de vues panoramiques. Il y a moyen de se baigner à certains endroits mais ce sont des roches absolument partout, donc il faut le prendre en compte si vous souhaitez vous poser. Nous, on a décidé de repartir sur Otranto sur la mini plage du port pour se baigner, se coucher un peu sur le sable plus facilement et trouver de quoi grignoter pour le midi. Nous sommes retournés là où nous avions pris le petit dej la veille, au Blubar, et on a pris une planche avec plein de produits locaux qui nous faisait de l’œil sur la table voisine.

On a ensuite décidé de retourner à la Baia dei Turchi pour terminer notre première semaine dans les Pouilles sur une belle plage. Mais arrivés sur place, il y avait un vent de fou, c’était vraiment impossible de se mettre quelque part tant le sable volait et également trop dangereux dans l’eau avec toutes les roches. Nous sommes donc rentrés nous préparer pour retourner à notre restaurant coup de cœur de la veille (qui dit dernière soirée ici dit excuse trouvée).

Jour 8 : Matera, la dernière belle surprise

Notre semaine dans les Pouilles se termine. Après 7 jours complets dans cette région, on part entamer nos 5 dernières journées sur la Côte Amalfitaine. Mais, étant donné la longueur conséquente de ce trajet, on avait prévu un stop d’un jour et une nuit à Matera, situé à 1h de Bari. Et quel super choix ! La ville de Matera est connue pour ses « Sassi« , habitations bien particulières qui rendent le paysage vraiment incroyable. Les Sassi di Matera sont d’ailleurs aujourd’hui classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Attention cependant à la chaleur, donc je vous conseille d’y aller le matin ou en fin de journée, vous éviterez ainsi aussi les heures de sieste où la ville est beaucoup moins vivante. L’intérieur de la ville se visite à pieds, donc pensez également à laisser votre voiture à l’entrée sur un des parkings.

On a commencé par un arrêt pour se désaltérer après la route. Mais le ciel est devenu noir d’un seul coup et un gros orage a éclaté. le serveur nous a donc invités à l’intérieur de son restaurant le temps que ça se calme. Il nous a offert plusieurs verres car il n’y avait que nous et un autre couple d’américains qui finissaient leur repas. Vraiment il était d’une gentillesse extrême, on s’est tout de suite dit qu’on serait restés manger si on avait eu plus de temps (nous étions dimanche et tous les restaurants aux alentours ferment le dimanche soir nous a-t-il dit). Tout avait l’air excellent, c’était La Nicchia nel Sasso.

Le mauvais temps n’a pas duré et nous sommes montés jusqu’à la cathédrale de Matera, le Duomo pour une vue imprenable sur la ville. Ensuite nous sommes rentrés profiter du bel appartement que nous avions pour une nuit seulement (malheureusement). Nous avons dormi au Residenza 1955, et l’endroit était vraiment parfait.

Mes derniers conseils pour votre road trip

J’en arrive à la fin de mon tout premier article consacré à la partie voyage, youhouu! Comme je disais, vous pourrez retrouver la suite du séjour sur la Côte Amalfitaine dans le prochain article, qui était finalement bien différent de cette première partie dans les Pouilles.

Mais il y a encore quelques petits conseils que je peux vous donner si vous envisagez de partir dans cette région.

Quand partir dans les Pouilles ?

Nous sommes donc partis en juin, vers le milieu du mois. Dans cette première partie du road trip je dois dire qu’on n’a pas trop souffert du monde. C’était autre chose sur la Côte. On est déjà hors saison normalement en juin, mais pour en profiter encore plus je vous conseillerais de partir avant. Vous pouvez également partir après l’été, vers fin septembre, mais les journées sont plus courtes et j’ai tendance à préférer les longues journées d’été, personnellement.

Pour ce qui est de la météo, honnêtement on a eu chaud ! L’appli indiquait souvent entre 25 et 30 degrés mais le ressenti était bien plus élevé. C’est pour cette raison qu’on a souvent cherché des points d’eau pour se rafraîchir dans nos journées. Après encore une fois ça dépend des préférences de chacun et évidemment ça change d’une année à l’autre, mais je pense qu’on aurait apprécié quelques degrés en moins. Par contre pour passer de longues soirées en t-shirt et petite robe, c’est absolument parfait.

Combien de temps partir dans les Pouilles ?

Une semaine est suffisante je pense, comme nous l’avons fait. Nous avions 8 jours complets sur place mais une semaine aurait suffit pour notre programme, nous avons pris du temps à Lecce et Otranto parce que nous en avions mais vous pouvez retirer une journée si vous n’avez que 7 jours. Les villages sont petits et vous aurez vite fait le tour de chaque étape. On avait le temps de flâner, se promener, et s’arrêter en terrasse sans se presser. C’était vraiment la dolce vita comme on dit ! Si vous avez moins de temps, vous pourrez également voir pas mal de choses mais je vous conseille de ne pas y aller pour moins de 5 jours, vous n’en profiteriez pas assez selon moi.

Le mot de la fin

J’espère que ce premier article vous a plu et vous aidera dans la planification d’un éventuel road trip dans les Pouilles. Surtout n’hésitez pas à me faire part de vos remarques, vos recommandations, ou votre propre expérience dans les commentaires. Un vote, c’est bien aussi ! Si vous m’avez lue jusqu’au bout, bravo et merci 🙂

A bientôt,

You may also like

Laisse un commentaire

Des cookies sont utilisés pour vous garantir la meilleure expérience sur ce site web. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. Accepter En savoir plus